Les « 3G »: Mémé, Pénélope et Louise

Marina Florence Murgue

Mémé est une grand-mère de plus de 80 ans et toutes ses dents. Elle vit seule, entourée de ses trésors et de ses fantômes, dans sa grande maison avec son fox terrier Syntaxe, qu’elle a dressé à mordre les mollets des fâcheux qui l’importunent. De moins en moins mobile, elle continue néanmoins de voyager grâce aux livres qui remplissent sa bibliothèque et aux récits du monde moderne que lui fait sa petite-fille, Pénélope.

A chaque fois qu’on lui demande comment elle va, sa réponse est invariablement « comme un vieux machin », mais qu’on ne s’y trompe pas, Mémé a encore toute sa tête et ne se prive pas de faire des commentaires souvent drôles, parfois vexant sur son entourage. Après tout, ce n’est pas à son âge qu’on va prendre des pincettes ! Et, elle prend spécifiquement peu de pincettes avec sa fille Louise (la mère de Pénélope), qui s’inquiète de la solitude de sa mère et lui propose de faire un séjour découverte dans une résidence sénior. Mémé finit par accepter de mauvaise grâce et espère qu’ensuite, elle aura la paix.

Rustiquement coquette, capable du langage le plus châtié comme le plus fleuri (« il fait froid à faire geler des couilles de phoque »), Mémé est connue comme le loup blanc dans son quartier et se tient au courant des dernier potins auprès de Gérard, son boucher, qui fait les meilleures rillettes de la ville. Quand elle voyage, c’est au volant de sa vieille Golf, qui porte les stigmates d’une occupation canine assidue (et le fumet aussi, mais Mémé s’en fiche: elle n’a plus d’odorat).

Tous les matins, après son café noir, ses tartines à la confiture et son yaourt aux pruneaux, Mémé fait les mots croisés et répond à son courrier. Elle prend régulièrement des nouvelles de son amie d’enfance, Simone, ancienne actrice, globe trotteuse et qui rajeunit tous les ans, grâce au fitness et à la chirurgie esthétique. Les deux femmes partagent une histoire de plus de 60 ans.

Mais Mémé n’a pas été qu’une mémé. Elle se replonge souvent dans ses souvenirs et dans ce monde, désormais disparu mais si réel à ses yeux, et, en faisant découvrir à sa petite-fille ses photos et ses lettres de jeunesse, lui transmettra son histoire et l’aidera à construire la sienne.

Marine André

Petite fille de Mémé et fille de Louise, Pénélope est une jeune trentenaire, célibataire qui travaille comme consultante. Ses seuls moments de détente sont les soirées mojitos-planches fromages et charcuterie avec ses deux amies Morgane et Eléonore au BarBu (leur repaire de célibataires) et les moments passés à écouter radoter sa grand-mère, à qui elle confie régulièrement son chat. Elle filtre régulièrement les appels de sa mère, Louise, qu’elle trouve beaucoup trop envahissante depuis que cette dernière s’est reconvertie en auteur de romans à succès (les aventures de Natascha Clerc : des « billevesées pour rombières frustrées », selon Mémé).

Métro, boulot, dodo, sous l’eau, tout en apnée, follow réseaux, textos, elle n’a pas assez d’heures dans ses journées et finit immanquablement en burnout. Ce sera l’occasion d’un changement de cap, personnel et professionnel, guidé par les conseils de plusieurs générations.

Lison Pinet

Louise est la fille de Mémé et la mère de Pénélope. Jadis mère au foyer en banlieue parisienne, elle a élevé Pénélope et son frère avec plaisir et dévouement. Mais quand ils ont quitté le nid, sa vie s’est retrouvée vide et son mari a commencé à lui taper sur les nerfs.  Car, si elle était ravie d’être « la maman de », ne plus être désormais que « l’épouse de » ne lui convenait plus du tout, et la perspective de devenir une desperate housewife portée sur le vin blanc lui parut bien déprimante. Elle consulta donc une psy qui l’encouragea à écrire ses pensées, qui se transformèrent en une nouvelle, qui se mua en un roman. Elle publia le premier tome des aventures de aventures de Natasha Clerc en autoédition et connut un succès aussi retentissant qu’inattendu. Elle en est désormais à son cinquième tome, publié par les éditions Mireille Labon, et enchaîne les salons et séances de dédicaces partout en France. Sa réussite professionnelle est extrêmement bien accueillie par son mari, ravi de la voir s’épanouir de la sorte.

Et comme Louise est heureuse, elle voudrait que toutes les personnes qu’elle aime le soient aussi et donc intervient dans la vie de sa mère et de sa fille, et ce, sans trop se soucier de savoir si elles sont d’accord ou non. Louise est légèrement envahissante, mais ça part d’un bon sentiment. Mère de l’une et fille de l’autre, elle sait d’où elle vient, voit où elle va et profite au maximum du temps présent.


Laisser un commentaire