Les « 3N »: Blanche, Suzanne et Marcel

Pascale Caemerbeke

Blanche a bientôt 70 ans et ne va nulle part sans Suzanne. Elles se connaissent depuis mai 68 et partagent une histoire riche en rebondissements ensemble (« souviens-toi du fakir et de son alpaga »).

De rose vêtue, Blanche a look résolument hippie, qui contraste furieusement avec le look chic bourgeois de Suzanne. Elle a d’ailleurs fait plusieurs séjours dans des ashrams du temps de sa jeunesse (« j’ai fait du yoga. Tantrique surtout, vous devriez essayer, c’est une expérience pénétrante »), et a plusieurs tatouages sur le corps (dont Calumet le dragon et Johnny le bouledogue).

Elle commence à perdre la mémoire et à « yoyoter du ciboulot » comme elle dit, mais cela ne l’empêche pas de se souvenir des belles choses, de profiter de chaque instant et de rester dans le coup : elle sait surfer sur Internet et créé avec Suzanne une chaîne YouTube sur la vie chez Monsénior Résidence : Home sweet home. Grande observatrice de la nature humaine, elle observe avec intérêt les conquêtes de Marcel, qui est une source de divertissement intarissable (et elle le met souvent en boîte).

Eléonore Baron

Suzanne a bientôt 70 ans et ne va nulle part sans Blanche. Elles se connaissent depuis mai 68 et partagent une histoire riche en rebondissements ensemble (« souviens-toi du fakir et de son alpaga »).

De bleu vêtue, en tailleurs de style Chanel, elle a look résolument chic bourgeois qui contraste avec le look hippie de Blanche. Plus conformiste que son amie (elle a toujours refusé d’accompagner Blanche pratiquer le yoga tantrique en Inde : ce n’est pas très hygiénique), elle n’en observe pas moins la nature humaine et partage avec bonté et bienveillance son expérience de la vie : ses peines et ses joies.

Ancienne petite main chez Chanel (« Karl était adorable »), elle a travaillé dur pour faire vivre ses enfants après avoir divorcé d’un mari violent (qui a manqué de se faire assommer par Blanche à coups de fer à repasser).

Elle prend une retraite bien méritée avec son amie chez Monsénior Résidence et, comme Blanche, voit tout et sait tout ce qui se passe autour d’elle (et ne se prive pas de commenter). Elle créé d’ailleurs avec Blanche une chaîne YouTube sur la vie chez Monsénior Résidence : Home sweet home.

Suzanne perd l’ouïe et oublie de mettre son sonotone, ce qui fait qu’elle comprend tout de travers (et comme Blanche yoyote, c’est parfois difficile de suivre leurs conversations). Elle tricote pour contrebalancer son arthrite, avec le chat Raoul sur ses genoux.

Gino Totaro

Marcel a un peu plus de 70 ans, tous ses cheveux et toutes ses dents (ce qui est une source de fierté personnelle indubitable). Toujours au comble de l’élégance, il porte une fière moustache et un costume trois pièces impeccable (ou veste d’intérieur et mocassins à glands).

Marcel est un dragueur impénitent, mais pas harceleur : c’est un gentleman. Il a encore beaucoup d’énergie à revendre et est un grand adepte du Viagra. Il va systématiquement aux enterrements pour draguer les veuves joyeuses, mais, les hommes mourant plus vieux, les veuves sont également trop âgées et « les belettes ne tiennent plus le rythme ». Il se rend donc chez Monsénior Résidence pour se trouver un nouveau terrain de chasse.

Ancien pilote d’avion (ligne Paris-New York, what else ?), Marcel se présente comme le « Capitaine de l’amour » et fait des ravages au sein de la gente féminine, sous le regard attentif de Blanche, Suzanne et Mémé. L’arrivée de Simone, amie d’enfance de Mémé qui résiste à ses charmes représente enfin un défi de taille qu’il se promet de relever. Car : « qu’il y a-t-il de mieux qu’un petit coup de vieux ? »


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.